Victoire de l’OL contre Manchester City : Oui on peut gagner quand on en veut !

Victoire de l’OL contre Manchester City : Oui on peut gagner quand on en veut !

Manchester City 1 – Lyon 2

Après les défaites du Paris Saint-Germain, trois buts à deux à Anfield contre Liverpool, et de l’AS Monaco, deux buts à un à Louis II, on donnait peu de chance à un Olympique Lyonnais qui venait affronter le Champion d’Angleterre et l’un des favoris de la C1 sur ses terres. Mais voila, c’est finalement Lyon qui reste le club le plus expérimenté aux joutes européennes sur les 20 dernières années en France avec un savoir dans la formation qui n’a pas d’égal en France voir en Europe.

Au terme d’un magnifique match, les Lyonnais se sont imposés chez un poids lourd de la Premier League. Jamais un club français ne s’était imposé sur le terrain de City en Coupe d’Europe ! L’équipe aligné par Bruno Genesio comportait une surprise avec la titularisation de Pape Diop à la place de Lucas Tousart. Coté Manchester City, Aguero était sur le banc car incertain avant le match. C’est donc Gabriel Jesus qui était en pointe.

Si Laporte trouvait le poteau de Lopes, auteur ensuite d’un bon arrêt sur un tir contré de Sterling, l’OL n’était finalement pas trop souvent mis en danger. Cette bonne première demi-heure allait être bientôt récompensée …

Dès la première action, les Gones ont mis une intensité maximale avec un cœur énorme. Ils sont allés chercher les joueurs de Manchester City dans leur camp pour imposer leur propre loi. Avec une discipline tactique et une précision technique que les Lyonnais n’avaient encore jamais affiché cette saison. Et pour que le tableau d’une équipe de haut niveau soit complet, Lyon a parfaitement exploité les erreurs de son adversaire pour lui donner deux morsures fatales. Avec une telle débauche d’énergie, l’OL avec son duo Diop-Ndombélé qui a été essentiel dans la récupération et à la relance a forcément eu des temps faibles. Il a reculé. Il a courbé l’échine. Mais il n’a jamais renoncé au combat. Et avec son cœur, il a fini par ouvrir le score sur un centre de Fekir pour un  Maxwell Cornet qui ajusté magnifiquement, poteau opposé, le gardien de City. Lyon ouvre le score à la 25eme minute ! Tout le banc Lyonnais et les supporters exultent sur ce premier exploit ! Les français ont bien ouvert le score alors qu’on leur promettait l’enfer.

Après avoir laissé passer un deuxième orage, marqué notamment par un but refusé pour un hors jeu de Sterling (32), l’OL faisait rugir ses bruyants supporters. Fekir récupérait un ballon dans les pieds de Fernandinho, s’appuyait sur Depay, puis déclenchait une frappe à ras de terre précise pour doubler la mise (43).

Les Lyonnais auraient même pu tripler la mise si l’attaquant Memphis Depay n’avait pas trouvé le poteau d’Ederson, le gardien des Citizens.

Pendant près d’une heure, l’OL a donné la leçon à une équipe de City sans trop d’imagination, bien bloquée par la mise en place tactique adverse.

Avec dix joueurs âgés de 24 ans et moins, l’OL n’a pas plié en seconde période, malgré la réduction du score signée par le Portugais Bernardo Silva et l’entrée du buteur argentin Sergio Agüero.

Casquette vissée sur la tête, Pep Guardiola pestait en assistant à la débandade de ses joueurs. Suspendu pour la rencontre, l’emblématique entraîneur espagnol de City ne pouvait que constater les dégâts depuis sa loge. Son adjoint et compatriote Mikel Arteta, qui le remplaçait sur le banc, a tenté en vain de rasséréner ses troupes. Dans les tribunes éteintes, les supporteurs des Citizens oscillaient entre agacement et frustration.

De retour en Ligue des champions après une saison d’abstinence, le club du président Jean-Michel Aulas, demi-finaliste du tournoi en 2010, s’offre là une bouffée d’oxygène et un bain de nostalgie alors qu’il n’a plus atteint les huitièmes depuis 2012. Lyon n’avait d’ailleurs pas gagné contre une formation anglaise en Ligue des champions – à savoir Liverpool – depuis neuf ans.

C’est à croire que ces Gones si imprévisibles – encalminés à une piteuse septième place en Ligue 1 – sont capables de se transcender hors de l’Hexagone. Comme galvanisés par le doux parfum de la Coupe d’Europe. Le dirigeant rhodanien pouvait également se réjouir d’avoir fait tomber l’un des meilleurs clubs du Vieux Continent, propriété depuis 2008 du cheikh Mansour d’Abou Dhabi, qui a dépensé 976 millions d’euros (record européen) pour s’offrir son effectif. Avec ce succès inattendu, l’OL sauve aussi l’honneur du football français après les défaites du Paris Saint-Germain (3-2) à Liverpool et de Monaco (2-1) contre l’Atlético Madrid, mardi 18 septembre.

« Notre réaction a été superbe mais ce n’était pas assez. Si on n’est pas prêt au coup d’envoi en Ligue des champions, on est puni », a regretté Mikel Arteta après la rencontre.

Déterminés à se hisser en huitièmes de finale, les Lyonnais recevront les Ukrainiens du Shakhtar Donetsk, le 2 octobre, puis se rendront chez les Allemands d’Hoffenheim, le 23 octobre. Ils devront alors confirmer leur exploit mancunien.

Bravo à Lyon !

 

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*