Quand le PSG doit imiter l’OM à Anfield…

Au lendemain de la déculottée lyonnaise contre les Glasgow Rangers le 03.10.2007 (0-3), le football français voyait avec des yeux inquiets un autre Olympique s’en aller défier l’ogre Liverpool à Anfield, qui n’avait fait qu’une bouchée de Toulouse en tour préliminaire.

Mal en point en championnat, Marseille s’avançait sur la pelouse d’Anfield avec bien peu de certitudes dans le jeu. Compliquée, la tâche l’était encore plus par la blessure de Cissé, remplacé en pointe par Niang, alors que les Reds comptaient sur un duo offensif Crouch – Torres soutenu par l’emblématique Gerrard en milieu de terrain.
 
Sans grande surprise, l’OM souffrait lors de 15 premières minutes difficiles. Mais Liverpool ne se créait que peu d’occasions, et le bloc olympien parvenait au fil des minutes à reprendre un certain contrôle sur la rencontre. Les Marseillais s’enhardissaient au point d’approcher la surface adverse sur quelques contres bien sentis, à l’image de cette frappe de Niang détournée par le gardien Reina (11e minute). On ne sait si Liverpool se contentait de gérer, mais les joueurs de l’OM profitaient de beaucoup d’espaces en milieu de terrain, et ne se privaient pas de les utiliser pour poser le jeu. La seule pique rouge survenait sur un bon ballon en profondeur adressé par Gerrard pour Torres, dégagé in extremis par Givet. Dans la foulée, Ziani marquait après une première tentative de Niang à bout portant, un but invalidé pour un hors jeu du Sénégalais (33e minute). Le fameux public de la Merseyside chantait encore, mais bien moins fort, et sur ce but refusé, un silence plein de doute s’était même abattu sur Anfield. L’OM livrait une prestation sérieuse, appliquée, jouant court et dans les pieds pour conserver le ballon au maximum. L’OM jouait comme une équipe de football, et c’était une bonne surprise pour Eric Gerets, le nouveau coach belge, qui tenait à la pause un 0-0 mérité.

UN OM, UN VRAI

Bien en place, l’OM repartait avec les mêmes intentions pour la seconde période. Niang envoyait une belle frappe captée par Reina après un une-deux avec Zenden (51e), tandis que Cana et Cheyrou continuaient de distribuer tranquillement et proprement. La possession de balle était marseillaise et les chants des supporters olympiens montaient en intensité. Quelques sifflets anglais se faisaient même entendre, soulignant la performance moyenne d’un Liverpool décevant. L’apathie collective des Reds était par ailleurs saupoudrée de quelques ratés individuels, comme cette reprise aux 16 mètres complétement dévissée par Crouch. Après une faute grossière de Carragher sur Valbuena, qui lui valait un carton jaune, Niang testait à nouveau la prise de balle de Reina sur une frappe tendue, sans danger (63e). Steven Gerrard l’imitait dans la foulée, sans plus de réussite.

A l’heure de jeu, les entraineurs changeaient leur hommes : Gerets avec Cissé à la place de Niang, Benitez avec Voronin pour Aurelio, une option résolument offensive. On attendait alors le traditionnel pressing anglais pour une fin de match piège. Car si l’OM dominait les débats, un petit but pouvait encore tout changer. Et ce petit but finit par venir. Pour Marseille. Après une énième récupération de Cheyrou, Valbuena sollicitait le une-deux avec Ziani, qui s’executait parfaitement. La suite restera dans la mémoire de Valbuena : crochet sur Carragher à l’entrée de la surface, frappe enroulée du droit et le ballon s’envolait pour nettoyer la lucarne de Reina (1-0, 77e minute).

Un grand but pour le meneur de jeu format de poche d’un OM qui menait désormais à Anfield, devant Liverpool. C’était pleinement mérité, mais le plus dur était encore de garder ce résultat. Car les Reds n’avaient plus aucun calcul à faire et les vagues rouges déferlaient sur la défense marseillaise. Les corners à répétition mettaient au supplice la charnière Rodriguez-Givet, Benayoun manquait une tête à bout portant, et Mandanda fut sauvé par son poteau dans les arrêts de jeu…

Marseille tenait le coup, et récoltait les fruits d’une performance collective exceptionnelle, bonifiée par un exploit de Valbuena. Effet Gerets ou pas, les joueurs marseillais ont enfin montré un visage conquérant au service d’un projet de jeu. Un OM, un vrai, qui apportait la première victoire d’un club français à Anfield. Au lendemain de la déculottée lyonnaise, le football français avait tort de s’inquiéter : tout est encore possible en Ligue des Champions.

LIVERPOOL

Titulaires :

  • REINA
  • FINNAN
  • CARRAGHER
  • HYYPIA
  • AURELIO
  • BENAYOUN
  • GERRARD (c)
  • SISSOKO
  • LETO
  • TORRES
  • CROUCH

Remplaçants :

  • ITANDJE
  • RIISE
  • VORONIN
  • ARBELOA
  • MASCHERANO
  • KUYT
  • BABEL

OM

Titulaires :

  • MANDANDA
  • BONNART
  • GIVET
  • RODRIGUEZ
  • TAIWO
  • CANA
  • CHEYROU
  • VALBUENA
  • ZIANI
  • ZENDEN
  • NIANG

Remplaçants :

  • HAMEL
  • ORUMA
  • CISSE
  • ARRACHE
  • ZUBAR
  • M’BAMI
  • MOUSSILOU

On souhaite au PSG d’être le 2eme club français à s’imposer à Anfield ce soir à partir de 21H !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*