Pourquoi L’Uruguay aime le foot ? futur adversaire des Bleus ce vendredi à 16h00

L’Uruguay est un pays d’Amérique du Sud situé au sud du Brésil et à l’est de l’Argentine, dont il est séparé par le fleuve Uruguay qui lui a donné son nom. L’Uruguay a une superficie totale de 176 220 km2 pour une population de 3 477 770 habitants. Sa capitale est Montevideo, qui est également la plus grande ville du pays avec près de 1 500 000 habitants. Le mode de vie y est européen teinté de cultures guarani et africaine. L’Uruguay était considéré dans les années 1950 comme la « Suisse de l’Amérique » par les Européens.

Les origines de la popularité du football en Uruguay :

Le football est introduit à Montevideo dès la fin des années 1870 et pratiqué au sein du Montevideo Cricket Club, fondé par des émigrants anglais en 1861. Des matchs de football se disputent de plus en plus régulièrement et des clubs dédiés uniquement à sa pratique apparaissent dans la capitale uruguayenne. Le 15 août 1899, une rencontre oppose une sélection des meilleurs joueurs de Montevideo à une sélection venue de Buenos Aires, la capitale argentine située de l’autre côté du río de la Plata, pour les 70 ans de la reine Victoria du Royaume-Uni. Les Argentins l’emportent 3-0.

En mars 1900, quatre clubs de Montevideo fondent l’Association uruguayenne de football qui organise immédiatement un championnat annuel des clubs. Le 16 mai 1901, l’Albion Football Club, renforcé pour l’occasion par quelques joueurs du Club Nacional de Football, organise un match contre une sélection argentine, qui se solde par une défaite uruguayenne sur le score de 2-3. Cette rencontre est parfois considérée comme une première internationale hors de Grande-Bretagne mais elle n’est aujourd’hui pas reconnue par les fédérations uruguayenne et argentine. La première rencontre officielle entre les sélections des deux fédérations voisines a lieu le 20 juillet 1902 à Montevideo. L’Uruguay s’incline face à l’Argentine, sur le score de 6 buts à 0, ce qui reste à ce jour sa plus large défaite. Le 13 septembre 1903, la sélection uruguayenne, composée de joueurs du Nacional, remporte sa première victoire, sur l’Argentine à Buenos Aires (3-2).

La sélection uruguayenne :

Créée en 1902, la sélection uruguayenne est durant la première moitié du xxe siècle une des meilleures équipes de la planète, alors que le pays ne compte pas plus de deux millions d’habitants. Elle remporte notamment deux titres olympiques (en 1924 et en 1928) et la première Coupe du monde en 1930, ainsi que de nombreux championnats d’Amérique du Sud. La Celeste s’adjuge une deuxième Coupe du monde en 1950 en dominant « en finale » le Brésil au Maracanã de Rio de Janeiro, plongeant tout un peuple dans le désarroi.

Depuis les années 20, les fédérations uruguayennes, argentine, chilienne et brésilienne fonde la Confédération sud-américaine de football (CONMEBOL), qui se charge d’organiser dès lors un Campeonato Sul-Americano chaque année. La première édition en 1916 a lieu à Buenos Aires. Les Uruguayens remportent le trophée en tenant le match nul face à l’Argentine dans une ambiance hostile. Ils conservent leur couronne l’année suivante, alors que le tournoi se joue à Montevideo. En 1919 l’Uruguay s’incline finalement face au Brésil. La Celeste reprend son bien en 1920 au Chili, infligeant au passage la plus lourde défaite de l’histoire de la sélection brésilienne (6-0). C’est sa 3e victoire en quatre éditions.

L’Uruguay perd sa couronne sud-américaine en 1921 et 1922, deux tournois marqués par des défaites surprise face au Paraguay, le nouveau venu dans la compétition, puis la récupère en 1923 et en 1924.

l’Uruguay est invité en 1924 à Paris pour le tournoi de football des Jeux olympiques, la première compétition à réunir des sélections d’Europe et d’Amérique du Sud. À la grande surprise des observateurs, la Celeste survole le tournoi en remportant tous ses matchs. Pedro Petrone est le meilleur buteur de la compétition avec 8 buts, José Andrade impressionne comme meneur de jeu. les Uruguayens tiennent leur revanche lors Jeux olympiques d’Amsterdam. Alignant huit héros de 1924, la Celeste conserve son titre olympique. En finale ils retrouvent leurs grands rivaux argentins et l’emportent. Les tournois de football des Jeux olympiques de 1924 et 1928 seront les seuls co-organisés par la FIFA, qui les reconnait comme des championnats du monde.

La 1ere Coupe du Monde en Uruguay et le 1er titre pour La Celeste :

La Coupe du monde de football ou Championnat du monde de football ou encore Coupe du monde de la FIFA a été créée en 1928 en France, sous l’impulsion de Jules Rimet alors président de la FIFA, Le vainqueur de la Coupe du monde à la fin de la compétition obtient le titre de Champion du monde.

Elle se déroule en Uruguay du  au et voit la victoire de l’Uruguay en finale contre l’Argentine. La FIFA choisit l’Uruguay comme pays organisateur le  pour fêter le centenaire de l’indépendance du pays, mais aussi parce que le pays accepte de payer les frais de participation des équipes et de construire un nouveau stade, le stade Centenario, dans un contexte économique difficile : quelques mois plus tard a lieu le krach d’octobre 1929. Toutes les équipes affiliées à la FIFA sont invitées à participer à la compétition mais seulement treize d’entre elles acceptent l’invitation, neuf du continent américain et quatre du continent européen. Peu d’équipes européennes acceptent de participer à cause de la durée du voyage en bateau, qui est de deux semaines. Soutenue par le fait que l’Uruguay est double tenant du titre du tournoi olympique (1924 et 1928) et que le pays fêtera le centenaire de son indépendance en 1930, la FIFA confirme le  lors du congrès de Barcelone que le pays sera le premier à accueillir la Coupe du monde de football.

Les deux grands favoris du tournoi, l’Uruguay et l’Argentine, se qualifient aisément pour la finale. Les Argentins mènent par deux buts à un à la mi-temps, mais les Uruguayens parviennent à renverser le match en seconde mi-temps en marquant trois buts, pour finalement s’imposer par quatre buts à deux devant près de 70 000 spectateurs.

Cette Coupe du monde est considérée comme une grande réussite sportive, avec des matchs de très bon niveau, mais aussi comme un succès populaire, avec plus de 500 000 spectateurs cumulés sur les dix-huit rencontres de la compétition.

L’équipe d’Uruguay fait son retour en Coupe du monde en 1950, lors de la quatrième édition organisée au Brésil. Avec ses vedettes Alcides Ghiggia, Juan Alberto Schiaffino et le capitaine Obdulio Varela, l’Uruguay souffle, à la surprise générale, le titre au Brésil, pays hôte et favori de la compétition.

Une équipe à la recherche de son passé

les Uruguayens atteignent les demi-finales de la Coupe du Monde 2010 et s’inclinent face aux Pays-Bas (3-2). C’est une première depuis 40 ans notamment grâce à la performance de Forlan qui finit meilleur buteur de la compétition. En 2011, l’Uruguay participe à la Copa América. l’Uruguay y glane ainsi son 15e continental, son premier depuis seize ans. A la Coupe du monde 2014, la Celeste atteindra les 8eme de finale et perdra contre la Colombie alors que Suarez a mordu Chiellini ce qui lui vaudra une lourde sanction.

2018 : La confirmation d’un retour au plus haut niveau

Avec cinq joueurs évoluant en Italie et six en Espagne, l’Uruguay a des airs de Serie A et de Liga. La sélection est bien entendu conduite par son illustre colonne vertébrale Muslera-Godín-Suárez-Cavani. Une ossature rompue aux joutes internationales et soutenue par des joueurs de talent comme le défenseur central de l’Atlético, José María Giménez, ou encore Lucas Torreira de la Samp.

Face à l’Uruguay vendredi (16h), les incroyables percées de Kylian Mbappé, on peut oublier ! L’équipe de France aura affaire à un adversaire radicalement opposé à l’Argentine. Avec le Brésil, l’Uruguay est la meilleure défense car elle n’a encaissé qu’un seul but sur les 4 matchs déjà disputé (contre 4 pour l’Equipe de France). La défense centrale, composée de Diego Godin et José Maria Gimenez se connait parfaitement. Les deux évoluent ensemble à l’Atlético Madrid, considérée comme l’une des équipes européennes qui défend le mieux.

Elle a marqué autant que l’Equipe de France dans la compétition à savoir 7 buts. Même si Cavani risque fort d’être absent pour cette affiche, l’attaque de l’Uruguay n’est pas dépeuplée pour autant. Avec deux buts et une passe décisive, le buteur du FC Barcelone reste une menace inquiétante pour la défense des Bleus. D’autant que, si Griezmann connaîtra ses adversaires du jour sur le bout des doigts, Luis Suarez n’est pas en reste. Coéquipier de Samuel Umtiti en club, il est également habitué à affronter Raphael Varane (Real Madrid) et Lucas Hernandez (Atlético Madrid) tout au long de la saison.

En Coupe du monde, les deux équipes se sont rencontrées trois fois, à chaque fois au premier tour (2-1 pour la Celeste en 1966, puis 0-0 en 2002 et 2010). C’est désormais en cyrillique que va s’écrire la prochaine page franco-uruguayenne, sur les rives de la Volga ! 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*