L’avant Paris Saint Germain – Liverpool et revivez la seule confrontation entre les 2 clubs de 1997 !

Pour son entrée en lice dans l’édition 2018-19 de la Ligue des champions, le Paris-Saint-Germain se déplace mardi (21h00) à Liverpool. A la veille de la rencontre, Thomas Tuchel et Thiago Silva répondent aux questions des journalistes.

LA PIQUE DE KLOPP ENVERS LE PSG ET LA LIGUE 1 :

“Les Parisiens ont gagné vendredi sans Neymar ni Mbappé. Apparemment, dans leur championnat, ils peuvent se permettre de se reposer. Nous, nous avons tout maîtrisé, mais si on avait donné 5% de moins, on aurait perdu”, a-t-il déclaré devant les journalistes. Un tacle au PSG et à notre chère Ligue 1, qui ne devrait pas plaire à tous.

Revivez l’unique Liverpool – PSG déjà joué (aller et retour) 1997 :

Délicat tirage au sort que de tomber sur les Reds de Liverpool. Cette demi-finale s’annonce forte en émotions. C’est sans conteste l’adversaire le plus prestigieux que les hommes de la capitale ont eu à jouer cette saison. C’est tout d’abord Leonardo qui ouvre le score, bien aidé par le portier anglais David James. (1-0) C’est ensuite au tour de Benoît Cauet de doubler la mise en concluant une belle action collective. (2-0) En fin de match, le tout jeune Jérôme Leroy signe son premier but en coupe d’Europe après un bon service de Cyrille Pouget. (3-0). Le PSG l’emporte 3-0. Un score solide avant de se déplacer dans l’antre d’Anflield Road pour y affronter une équipe de Liverpool revancharde.

– 35 142 spectateurs. Buts : Léonardo Araújo, 11′, Benoît Cauet, 43′ ; Jérôme Leroy, 84′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama – Laurent Fournier, Bruno Ngotty, Paul Le Guen, Didier Domi (Jimmy Algérino, 39′) – Jérôme Leroy (Bernard Allou, 86′), Benoît Cauet, Vincent Guérin – Patrice Loko (Cyrille Pouget, 83′), Raí Oliveira, Léonardo Araújo. Entraîneurs : Ricardo Gomes et Joёl Bats.

Jeudi 24.04.1997, Coupe des Vainqueurs de Coupe, Demi-Finale, match retour à Liverpool, au Stade Anfield :

LIVERPOOL F.C. (Ang.) – PARIS ST-GERMAIN F.C.  2:0 (1:0)
– 41 700 spectateurs environ. Buts : Fowler, 12′ ; M.Wright, 80′.
L’Équipe du PSG : Bernard Lama – Laurent Fournier, Bruno Ngotty, Paul Le Guen, Jimmy Algérino – Jérôme Leroy, Benoît Cauet, Vincent Guérin – Patrice Loko (Cyrille Pouget, 57′), Raí Oliveira, Léonardo Araújo (Daniel Kenedy, 84′). Entraîneurs : Ricardo Gomes et Joёl Bats. Les parisiens ont fait le métier au Parc des Princes en surclassant les Reds 3-0. Ils vont donc atteindre  la finale et rejoindre le FC Barcelone malgré cette défaite 2-0 à Anfield.

 

En guise de hors-d’oeuvre, le Paris Saint-Germain démarrera sa nouvelle campagne de Ligue des Champions par le plat principal.

Attendu de pied ferme à Anfield demain soir, le club de la capitale va devoir briller face au dernier finaliste malheureux de la coupe aux grandes oreilles. Un choc XXL pour débuter pour lequel la bande de Thomas Tuchel se présentera avec un effectif en proie aux doutes, notamment dans l’entrejeu et sur les côtés de la défense. Mais pour Jürgen Klopp, pas question de faire des Rouge-et-Bleu les outsiders du match.

« Paris est un des favoris de la compétition, c’est sûr. Cette équipe a été construite pour gagner la Ligue des Champions. C’est leur priorité. Ils ont des qualités incroyables. Ce sera un match intéressant, les joueurs, le coach qu’ils ont… Ils ont tout pour aller loin en Ligue des Champions. On n’a pas besoin d’être favoris, outsider, ou de gagner le match. On joue à Anfield. Ça peut nous donner avantage, mais ça reste un match compliqué avec un adversaire que l’on doit respecter. (…) Même en y réfléchissant pendant 24 heures, je ne pourrai pas décider quelle menace est la plus dangereuse », a-t-il déclaré en conférence de presse.

Klopp fait l’éloge de Neymar et Tuchel

Élogieux envers le PSG, Klopp a également eu des mots sympathiques pour Neymar. Décrit comme le danger numéro un de la formation francilienne, le Brésilien est très attendu par une presse anglaise redoutant de le voir autant simuler qu’en Russie. Une réputation qui n’est pas justifiée selon le technicien allemand. « Je ne vois pas de quoi vous parlez (les critiques sur Neymar) . J’ai vu des matches de la Coupe du Monde. Il a exagéré des situations, mais pour moi c’était une réaction normale, les joueurs ne l’épargnent pas, il veut se protéger. Je le vois sous cet angle. C’est intelligent de se protéger. Mais nous jouons au football, on veut avoir le ballon et pas jouer la comédie. Il n’était pas en forme à la Coupe du Monde, il était blessé. Jouer pour son pays sans être en forme, c’était énorme, et il a accepté cette responsabilité. Je ne pense pas qu’il est quelqu’un qui joue la comédie, parce que si c’était le cas, il ne jouerait pas ce type de football. Il n’est plus blessé, nous aurons le package entier de Neymar ».

Enfin, Neymar n’est pas le seul Parisien à avoir reçu les éloges de Klopp. Ancien adversaire de Thomas Tuchel en Bundesliga, ainsi qu’en Ligue Europa (Liverpool a affronté le Borussia Dortmund en quart de finale en 2016, ndlr), Klopp estime que Paris a fait un gros coup en recrutant son compatriote. « C’est un grand coach et je pense que ç’a été une décision intelligente du PSG de le recruter. Ce genre d’équipe avec autant d’individualités incroyables a besoin d’un coach qui les éduque à jouer ensemble. Ça en fait un gros défi pour nous. Vous ne pouvez pas uniquement défendre ou attaquer contre eux, c’est une question de rythme. Face à ses équipes, il faut beaucoup bosser. Ils sont intelligents dans le positionnement, ils courent beaucoup. Dans le football, travailler c’est courir, boucher les espaces, être intelligent. J’aime ces challenges parce que j’ai une très bonne équipe. Si je n’étais pas coach de Liverpool, je regarderais ce match ».

Sur ce point, personne ne le contredira…

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*